recent publications on Eritrean literature

 

• The last issue of the French journal Études Littéraires Africaines (vol. 33, 2012), published in November, is dedicated to Eritrean literature, under the editorship of Prof. Xavier Luffin (Free University of Brussels).

 

• Eritrean literature and visual arts are highlighted by a special retrospective published on Warscapes online magazine in March – April 2012


Études Littéraires Africaines n° 33, 2012 :
“Littératures d’Erythrée”

sous la direction de Xavier Luffin

Université de Lorraine, 2012.ISSN 07694563.

http://www.apela.fr/la-revue/liste-des-numeros/

Présentation du dossier: Indépendant depuis 1991, l’Erythrée n’est pas seulement un pays qui a souffert des guerres et alimenté douloureusement, pendant des décennies, les actualités. Ses littératures, en émergence, témoignent certes des conflits et de leurs conséquences, notamment quant aux phénomènes migratoires, mais elles reflètent aussi la vitalité et la richesse de langues et de cultures diverses. On y parle dix langues, on y pratique plusieurs religions, et l’on y vit aussi dans la mémoire d’un passé, notamment colonial, qui détermine encore aujourd’hui des affinités italiennes marquées. C’est que le pays est un carrefour de voies vers l’intérieur de l’Afrique, vers l’Océan indien et l’Arabie, l’Europe ou l’Australie aussi, et ainsi vers le Monde. Des pistes caravanières à la toile numérique, de la mémoire des combattants à celle des migrants, l’Erythrée apparaît, dans les riches contributions de ce dossier, comme un pays particulièrement représentatif des enjeux actuels des littératures africaines.

Introduction
par Xavier Luffin

L’émergence d’une littérature arabe en Érythrée
par Jean-Charles Ducène

L’épanouissement d’une littérature en langues locales : tigrigna, tigré et arabe
par Xavier Luffin

Littératures d’Érythrée : l’énonciateur sous contrôle
par Didier Morin

Italiens d’Érythrée, Érythréens d’Italie. La littérature postcoloniale italienne provenant de l’Érythrée
par Daniele Comberiati

Les romans d’Abû Bakr Hâmid Kahhâl. Littérature nationale, littérature universelle
par Xavier Luffin

Quand l’amour se dévoile : sexualité et identité dans The Consequences of Love de Suleiman Addoni
par Florence Khawam

WARSCAPES: Eritrea Retrospective

http://www.warscapes.com/retrospectives/Eritrea

 

Joining Africa: From Anthills to Asmara
By Charles Cantalupo
Charles Cantalupo’s memoir of being an American in Eritrea.

No War No Peace
by Sami Sallinen
Sami Sallinen captures the long standing border dispute between Eritrea and Ethiopia on camera.

The Freedom of the Writer
by Ghirmai Negash
A speech delivered by Ghirmai Negash in 1992 about freedom of expression for writers in Eritrea and beyond.

Grazmatch Tsegu
by Alemseged Tesfai
A month-long focus on Eritrea kicks off with Alemseged Tesfai’s short story set in post-World War II Asmara.

100 Years on Asmara’s Main Street
by Issayas Tesfamariam
Issayas Tesfamariam traces the history of an avenue in Asmara from 1890 to 1991.

Three Eritrean Painters
Michael Adonai, Ermias Ekube & Yegizaw Michael

Three Eritrean Plays
A review by Eiman Abbas El-Nour
Eiman Abbas El-Nour reviews of a compilation of plays from Eritrea.

Who Needs a Story?
Translations of contemporary Eritrean Poetry in Tigrinya, Tigre and Arabic
An anthology brings together translated Eritrean poetry written over three decades by twenty-two contemporary poets.

mise en ligne du Courrier d’Éthiopie – journal hebdomadaire éthiopien de langue française – années 1926 à 1936

GALLICA, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, a mis en ligne le Courrier d’Éthiopie, hebdomadaire de langue française publié en Éthiopie de 1913 à 1936. La collection proposée commence par un exemplaire unique pour l’année 1926 et se poursuit jusqu’à avril 1936, à la veille de la prise d’Addis Abeba par l’armée fasciste italienne. L’ensemble est riche de 415 volumes. Les lacunes sont cependant nombreuses. Ainsi aucun volume n’est proposé pour les années 1930 et 1933. Les dernières années sont les plus complètes.

Liste des exemplaires disponibles par année:1926: 1 ex; 1927: 50 ex.; 1928: 48 ex.; 1929: 50 ex.; 1930: 0 ex.; 1931: 25 ex.; 1932: 34 ex.; 1933: 0; 1934: 78 ex.; 1935: 99 ex.; 1936: 30 ex.

Références sur l’histoire de ce périodique:
Alain ROUAUD, 1994, “Un journal éthiopien en langue française: Le Courrier d’Éthiopie, 1913-1936”, in Proceedings of the 11th International Conference of Ethiopian Studies (ed. by Bahru Zewde, Richard Pankhurst, Taddese Beyene), Addis Ababa, Institute of Ethiopian Studies, vol. 1, pp. 711-724.
Alain ROUAUD, 2003, “Le Courrier d’Éthiopie”, in Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, pp. 810-811.

Consulter Le Courrier d’Éthiopie sur Gallica

C’est une mine d’information sur la construction de l’Éthiopie contemporaine qui est offerte au feuilletage et à la recherche. D’un numéro à l’autre de cet hebdomadaire (tiré le vendredi) qui deviendra bihebdomadaire (mardi et vendredi) à partir de 1932, donne à lire l’histoire internationale et la chronique locale, à différentes échelles, à différents rythmes.

On voit monter l’inquiétude sur les conséquences de la crise économique, la menace des dictatures fascistes et l’impuissance de la communauté internationale assemblée à Genève à la Société des nations face aux arguties mussoliniennes qui mèneront à l’invasion de l’Éthiopie, prélude à la seconde guerre mondiale. Des chroniques culturelles sont alimentées par des auteurs occasionnels, expatriés de passage ou résidents permanents, qui partagent leurs centres d’intérêts: la chasse, l’archéologie, le théâtre, les sports, la littérature. Les colonnes fourmillent de brèves informations, très précieuses pour l’historien, qui rendent compte des arrivées et départs de diplomates ou de membres éminents de la communauté des entrepreneurs étrangers. On y apprend les nominations ou remplacement de dignitaires. Les rubriques de nécrologie, carnet des naissances, annonces d’événements divers dessinent par touche la vie d’une communauté cosmopolite fondée sur les transits de la liaison ferroviaire de Djibouti à Addis Abeba.

C’est aussi une source importante pour l’histoire économique par les tableaux d’évolution des cours sur les différents marchés des matières premières exportées et produits de consommation courante importées. Les pages publicitaires, copieusement garnies, sont aussi des indications d’une prospérité autant vécue que fantasmée.

Votre journal préféré

Le Courrier d’Ethiopie

____

BI-HEBDOMADAIRE

____

vous tient au courant de tout

publication: A Nyangatom Diary – Le Journal de Loceria, by Serge Tornay, 2012


Loceria and his family. In the foreground are large clay cooking pots. These pots are made by the coil method from Omo clay, and are fired in open pits. These are identical to pots the Mursi make, known as ju in Mursi language. The large gourd cups in the foreground are for drinking and eating. copyright Serge Tornay, 1975.

 

During the dry part of the year, when the water table drops, the Nyangatom, Mursi and other tribes of the area dig deep holes in river beds to water their cattle and to get drinking water. This picture is from 1972. copyright Serge Tornay.

Le Journal de Loceria – Chronique d’Éthiopie (1970-2000)

par Serge Tornay, Editions Sépia, 2012
préface de Christian Bader, Ambassadeur de France au Soudan du Sud.
284 pages, hors-texte 32 pages (avec une soixantaine de photos) – ISBN : 978-2-84280-210-3
Prix : 32 € Prix de lancement : 22 € (jusqu’au 28 février 2013)

Présentation par l’auteur: En 1970, j’ai noué un contact très prometteur avec Loceria Lopir, rencontré à Nakua dès mon premier séjour ethnographique dans la basse vallée de l’Omo. L’ami est devenu écrivain, auteur de ce Journal tenu entre 1972 et 1976, et il est demeuré, après sa disparition, l’inspirateur de chaque page de ce livre. Après une introduction sur l’écologie culturelle, l’espace, le temps et les catégories sociales telles qu’elles étaient vécues par les Nyangatom, la chronique tenue de façon autonome par Loceria, pendant ces cinq années de sécheresse et de conflits, a été traduite, au plus près du vocabulaire et du phrasé originaux, avec les commentaires du scripteur, comme il signe certaines de ses entrées, et de ses amis, enregistrés à la relecture des manuscrits, et l’adjonction de notes qui aideront le lecteur à tirer le meilleur de ce document exceptionnel.
Contrairement à de nombreux peuples africains, les Nyangatom n’ont pas de littérature à proprement parler, ni donc de genres littéraires. C’est pourquoi le Journal de Loceria est unique et pourrait ne pas avoir de successeur en langue nyangatom, langue jusqu’ici non écrite d’une minorité nilotique vivant aux confins de l’Éthiopie, du Kenya et du Sud-Soudan, minorité qui comptait, au cours des années 1970, cinq à six milles locuteurs – et aujourd’hui, selon d’aléatoires estimations, le double peut-être. Mais les membres des nouvelles générations qui « s’émancipent » adoptent l’amharinya, et plus rarement l’anglais.
Le Journal est suivi d’un Épilogue, intitulé La disparition de Loceria, le destin de sa famille et le devenir de ses proches. J’étais sans nouvelle de Loceria depuis 1976 ; mes correspondants m’ont entretenu dans le doute pendant une décennie. Ce n’est qu’en 1986 que j’ai dû me rendre à l’évidence: Loceria avait disparu, probablement en 1978, dès le début de son engagement dans l’armée éthiopienne pour la guerre d’Érythrée. Mes espoirs d’approfondir avec lui l’étude de son manuscrit de 314 feuillets étaient perdus. Mais j’ai poursuivi le travail avec les survivants de sa famille et de nos amis communs jusqu’en l’an 2000.
Une annexe sur l’Anthropophagie et la Nécrophagie apporte au lecteur quelques lumières sur des récits du Journal parfois énigmatiques. Le livre se clôt sur deux index. Le premier, qui vient à l’appui de quatre cartes régionales, est consacré à l’espace du Journal. Loceria sillonne inlassablement, à pied, une étendue dont le centre est la région de Nakua, le coeur pastoral de la société. Loceria connaît, le plus souvent pour y être allé lui-même, la périphérie de cette aire de référence puisqu’il cite des lieux et des localités dans un rayon d’environ cent kilomètres autour de Nakua. De sorte que l’espace du Journal couvre, entre Jinka et Lokitaung, entre les pays hamar, karo, mursi et toposa, surma, turkana et daasanetch, plus de 30 000 km2. Loceria cite non moins de cent-trente toponymes, dont une bonne part relève du bagage commun des Nyangatom. Le second index concerne le monde végétal : à la douzaine de plantes cultivées s’ajoutent plus de cent plantes, arbustes et arbres sauvages. C’est une autre révélation du Journal : en nommant ces plantes et leur usage quotidien, Loceria nous fait découvrir comment, dans cette économie agro-pastorale, la cueillette est un moyen de survie.
Loceria nous invite à un fabuleux voyage à la découverte d’une civilisation qu’il a vu menacée de disparaître en même temps que lui-même. Suivons-le dans sa chronique ; c’est la meilleure façon de lui offrir, au-delà de sa fulgurante existence, la preuve d’un attachement partagé à sa personne et à son Afrique.

Le Journal de Loceria nous invite à un voyage déconcertant à la découverte d’une civilisation qu’il a vue menacée de disparaître en même temps que lui-même.

télécharger le bon de commande du JOURNAL DE LOCERIA

(au prix de lancement de 22 euros jusqu’au 28/02/2013)

Lien vers les Editions Sépia

publication: Annales d’Éthiopie, vol. 27, 2012

Annales d’Éthiopie

vol. 27, année 2012

De Boccard / Centre Français des Études Éthiopiennes

Les Annales d’Éthiopie sont une revue annuelle publiée par le Centre Français des
Études Éthiopiennes et l’Authority for Research and Conservation of the Cultural
Heritage, avec le soutien du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes
(France) et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Tous les
manuscrits inédits en français ou en anglais doivent porter sur l’Éthiopie et la Corne
de l’Afrique dans des domaines tels que l’histoire, les sciences sociales, l’archéologie,
la paléontologie ou les sciences naturelles. Les articles sont soumis à l’avis de
rapporteurs extérieurs.
infos sur la revue: www.cfee.cnrs.fr

commande des derniers numéros et des volumes hors-série aux éditions De Boccard

 

I. Dossier – L’Occident, la croisade et l’Éthiopie

  • Robin Seignobos et Benjamin Weber : «L’Occident, la croisade et l’Éthiopie
  • Emmanuelle Vagnon: «Comment localiser l’Éthiopie ? La confrontation des sources antiques et des témoignages modernes au XVe siècle
  • Robin Seignobos : «L’autre Éthiopie: la Nubie et la croisade (XIIe-XIVe siècle)”
  • Camille Rouxpetel: «Indiens, Éthiopiens et Nubiens” dans les récits de pèlerinage occidentaux : entre altérité constatée et altérité construite (XIIe-XIVe siècles)”.
  • Patrick Gautier Dalché: «L’Éthiopie selon Grifon de Flandres, Martino de Segono et Pietro Ranzano”
  • Benjamin Weber: «Vrais et faux Éthiopiens au XVe siècle en Occident ? Du bon usage des connexions”
  • Marie-Laure Derat: «Roi prêtre et Prêtre Jean : analyse de la Vie d’un souverain éthiopien du XIIe siècle, Yemrehanna Krestos

II. Dossier – Vers une nouvelle Éthiopie urbaine ? Politiques et pratiques des villes

  • Pauline Bosredon & Perrine Duroyaume : «Vers une nouvelle Éthiopie urbaine ? Politiques et pratiques des villes. Introduction à un projet collectif de jeunes chercheurs»
  • Pauline Bosredon, Marie Bridonneau, Perrine Duroyaume : «Vers une nouvelle ville éthiopienne ? Essai d’analyse d’une fabrique radicale de la ville éthiopienne»
  • Delphine Ayerbe, Stéphanie Guitton, Adeline Pierrat : «Clean and green Addis Ababa, enjeux et pratiques environnementales du nouveau millénaire à Addis Abeba»
  • Clélie Nallet : «Trajectoires d’émergence : « classes moyennes » d’Addis Abeba entre prospérité et précarité»
  • Émeline Charpentier : «Les Congolais et Burundais réfugiés à Addis Abeba : des habitants presque comme les autres»
  • Sophie Didier : «Quelques réflexions sur la première promotion de masters en urbanisme de l’Université d’Addis Abeba (rencontres d’Akaki, mars 2010)»

Varia / Miscellaneous

  • Sabine Planel : «Du bon usage de l’engrais en politique. Introduction à la modernisation agricole en Éthiopie»
  • Christian Bader : «Identité et dispersion chez les Jiye du Sud Soudan»

Short versions

  • Emmanuelle Vagnon : «How to locate Æthiopia? The opposition between antique sources and modern narratives during the 15th c»
  • Robin Seignobos : «The other Ethiopia: Nubia and the crusade (12th-14th century)»
  • Camille Rouxpetel : «”Indians, Ethiopians and Nubians” in western pilgrimage narratives: mere observation or construction of otherness?»
  • Patrick Gautier Dalché : «Ethiopia according to Grifon of Flanders, Martino de Segono and Pietro Ranzano»
  • Benjamin Weber : «True and false Ethiopians in the West in the 15th century: uses and abuses of connections»
  • Marie-Laure Derat : «King and priest and Prester John: analysis of the Life of a 12th century Ethiopian king, Yemrehanna Krestos»
  • Pauline Bosredon, Marie Bridonneau, Perrine Duroyaume : «On the way to a new urban Ethiopia? Analysis of a radical construction of Ethiopian cities»
  • Delphine Ayerbe, Stéphanie Guitton, Adeline Pierrat : «”Clean and green Addis Ababa”. A new environmental policy for Addis Ababa»
  • Clélie Nallet : «Ways of emergence: “middle class” in Addis Ababa between prosperity and precariousness»
  • Émeline Charpentier : «Congolese and Burundians refugees in Addis Ababa: inhabitants almost like anyone else»

séminaire “Matérialité de l’Etat éthiopien contemporain” – programme 2013

Matérialité de l’État éthiopien contemporain

Hommes, réformes et pouvoirs

 

Séminaire coordonné par Eloi Ficquet (EHESS-CEIFR) et Sabine Planel (IRD-PRODIG)

4e jeudi de chaque mois, de 15h à 17h, à l’EHESS, 105 bld Raspail, salle3

 

Programme de janvier à mai 2013

 

24 janvier 2013 

Sabine PLANEL

L’Etat éthiopien par le bas : systèmes et pratiques de l’administration locale en milieu rural.

 

28 février 2013

Eloi FICQUET et René LEFORT

L’Etat éthiopien par le haut : composition, fonctionnement  et réformes du parti d’Etat et de la haute administration.

 

28 mars 2013

Eloi FICQUET

L’Université éthiopienne à l’épreuve de la décentralisation et de la restructuration managériale.

 

11 avril 2013 (séance exceptionnelle) :

ZEWDINEH HAILE (Professeur invité à l’EHESS)

Les mots du droit : une histoire de la formation des catégories juridiques éthiopiennes.

 

25 avril 2013

ZEWDINEH HAILE

Les réformes du système judiciaire et leur mise en œuvre dans les cours de justice.

 

23 mai 2013

Sabine PLANEL et Eloi FICQUET

L’Etat et le contrôle du sol : les législations foncières et leurs évolutions récentes.

Analecta CornuAfricae

La Corne de l’Afrique est une aire régionale située à l’articulation de plusieurs mondes, au carrefour des voies de circulation anciennes de la mer Rouge, de l’Océan indien, des affluents du Nil et du grand Rift est-africain. Dans des conditions environnementales très contrastées où se côtoient haute montagne et plaine désertique, une grande variété d’organisations sociales y ont vu le jour et se sont transformées au gré des contacts, échanges, conflits et influences extérieures. Le christianisme, l’islam et le judaïsme s’y confrontent et y dialoguent depuis le Moyen-Age, interagissent avec les structures locales de savoir et de pouvoir et ont transporté l’usage de l’écriture au cœur des pratiques de représentation. Mais ces généralisations offrent une image ordonnée et cohérente très loin des réalités plus turbulentes et imprévisibles qui composent le passé de cette région et ses évolutions actuelles.