recent publications on Eritrean literature

 

• The last issue of the French journal Études Littéraires Africaines (vol. 33, 2012), published in November, is dedicated to Eritrean literature, under the editorship of Prof. Xavier Luffin (Free University of Brussels).

 

• Eritrean literature and visual arts are highlighted by a special retrospective published on Warscapes online magazine in March – April 2012


Études Littéraires Africaines n° 33, 2012 :
“Littératures d’Erythrée”

sous la direction de Xavier Luffin

Université de Lorraine, 2012.ISSN 07694563.

http://www.apela.fr/la-revue/liste-des-numeros/

Présentation du dossier: Indépendant depuis 1991, l’Erythrée n’est pas seulement un pays qui a souffert des guerres et alimenté douloureusement, pendant des décennies, les actualités. Ses littératures, en émergence, témoignent certes des conflits et de leurs conséquences, notamment quant aux phénomènes migratoires, mais elles reflètent aussi la vitalité et la richesse de langues et de cultures diverses. On y parle dix langues, on y pratique plusieurs religions, et l’on y vit aussi dans la mémoire d’un passé, notamment colonial, qui détermine encore aujourd’hui des affinités italiennes marquées. C’est que le pays est un carrefour de voies vers l’intérieur de l’Afrique, vers l’Océan indien et l’Arabie, l’Europe ou l’Australie aussi, et ainsi vers le Monde. Des pistes caravanières à la toile numérique, de la mémoire des combattants à celle des migrants, l’Erythrée apparaît, dans les riches contributions de ce dossier, comme un pays particulièrement représentatif des enjeux actuels des littératures africaines.

Introduction
par Xavier Luffin

L’émergence d’une littérature arabe en Érythrée
par Jean-Charles Ducène

L’épanouissement d’une littérature en langues locales : tigrigna, tigré et arabe
par Xavier Luffin

Littératures d’Érythrée : l’énonciateur sous contrôle
par Didier Morin

Italiens d’Érythrée, Érythréens d’Italie. La littérature postcoloniale italienne provenant de l’Érythrée
par Daniele Comberiati

Les romans d’Abû Bakr Hâmid Kahhâl. Littérature nationale, littérature universelle
par Xavier Luffin

Quand l’amour se dévoile : sexualité et identité dans The Consequences of Love de Suleiman Addoni
par Florence Khawam

WARSCAPES: Eritrea Retrospective

http://www.warscapes.com/retrospectives/Eritrea

 

Joining Africa: From Anthills to Asmara
By Charles Cantalupo
Charles Cantalupo’s memoir of being an American in Eritrea.

No War No Peace
by Sami Sallinen
Sami Sallinen captures the long standing border dispute between Eritrea and Ethiopia on camera.

The Freedom of the Writer
by Ghirmai Negash
A speech delivered by Ghirmai Negash in 1992 about freedom of expression for writers in Eritrea and beyond.

Grazmatch Tsegu
by Alemseged Tesfai
A month-long focus on Eritrea kicks off with Alemseged Tesfai’s short story set in post-World War II Asmara.

100 Years on Asmara’s Main Street
by Issayas Tesfamariam
Issayas Tesfamariam traces the history of an avenue in Asmara from 1890 to 1991.

Three Eritrean Painters
Michael Adonai, Ermias Ekube & Yegizaw Michael

Three Eritrean Plays
A review by Eiman Abbas El-Nour
Eiman Abbas El-Nour reviews of a compilation of plays from Eritrea.

Who Needs a Story?
Translations of contemporary Eritrean Poetry in Tigrinya, Tigre and Arabic
An anthology brings together translated Eritrean poetry written over three decades by twenty-two contemporary poets.

music: Ali Birra@Ethiopiques#28

GREAT OROMO MUSIC

Ali M. Birra on éthiopiques #28

Published by BudaMusique 2013
For a long time downplayed and deprived of any recognition whatsoever, Oromo music (just like the people made from the same rustproof metal – today 30 million strong) is indeed one of the liveliest among Ethiopia’s musical traditions. This volume of éthiopiques pays tribute to the man in whom Oromo music has irrepressibly affirmed itself since the 1960s. A very unusual groove, very different from gouragué, amhara or tigrigna rhythms, a relentless quest for identity and, on top of that, a guitar style that would stand out anywhere (couldn’t one say that there is a Dire Dawa guitar sound?).
With 3 unreleased bonus tracks of the 60’s.

Longtemps minorée et tenue à l’écart de toute reconnaissance, la musique oromo (tout comme les populations du même métal inoxydable – aujourd’hui 30 millions de personnes) est bien l’une des manifestations les plus vivaces parmi les musiques d’Éthiopie. Ces éthiopiques rendent aujourd’hui hommage à celui par qui la musique oromo s’est irrépressiblement affirmée depuis les années 1960. Groove particulier, très différent des rythmes gouragué, amhara ou tigrigna, inlassable revendication identitaire et jeu de guitare remarquable entre tous (n’y aurait-il pas un son de Diré Dawa ?…).
Avec 3 bonus inédits des années 1960.

 


Tea, chat & music – Early Oromo music lovers (circa mid-60’s) De gauche à droite / From left to right: Uduf, Mohammed Ta’a, Mohammed Lungo, Wa’ib Jubani, X, Umar Osman. With permission of Mr Francis Falceto for éthiopiques series
All tracks:
1 Awash (1973) 3’45
2 Kan ati fettun isani infedhani (1975) 4’45
3 Nagatti si jedha (1975) 5’53
4 Imiman Jalaala (1975) 5’00
5 Eshurruru (1975) 4’48
6 Waa silleen indararuu (1975) 5’45
7 Awash (1975) 5’04
8 Eessaati si argaa (1975) 4’55
9 Si jaalallee (1975) 4’07
10 Abbaa Lafa (1975) 5’48
11 Inyaadi’ini (1975) 4’29
12 Si inhanbisin warri (1973) 3’54
13 Yaa hundee bareedaa (circa mid-60’s) 3’46
14 Awash solo guitar & voc. (circa mid-60’s) 6’00
15 Si jaalallee + Imperial Bodyguard Band (1966-69) 2’54

 

Awash (version 1975)

PLAY

with the permission of Mr Francis Falceto, editor of the éthiopiques series, for the readers of Analacta CornuAfricae
(Refrain) The Awash River keeps people from running,
It reminds them of their companions
and they miss them so much that they can’t sleep.
Come here near the river
Right now is the best time.
The sight of the Awash overwhelms all those
who gaze over her flowing waters,
It reminds them of their companions,
and they weep because they are so far away.

The Water of Addis Ababa,
O powerful river, flow,
come and pass through my body
This would not kill me,
I would just feel a bit groggy
O Lady of the city, dry my body
with your veil.

I am galloping to reach Salaale
And this road will take me to Jimma
Although you and we do not come
from the same place,
Yet our bowels cry together.

The black Eagle with the white crest, of Wellega,
How could I miss you, since this region is your territory?
You might be worshipped for your beauty
But I will never become your slave.

The Eagle of Dire Dawa,
“Eat meat, do not be satisfied with bones”, he said.
The City of Dire Dawa,
“Come to me, do not visit other towns than me”, she said.

On my way out of Addis Ababa,
I saw the saddles of our riders,
still hanging in their houses.
When I come to join you,
I won’t wake the children
who are sleeping near you
They won’t notice a thing,
So let down your long hair and kiss me.

(Refrain)L’Awash empêche les gens de courir,
Il leur rappelle leurs compagnons,
et leur douloureuse absence les empêche de dormir.
Viens-là près du fleuve,
C’est maintenant le meilleur moment
L’Awash bouleverse ceux qui contemplent son cours
Il leur rappelle leurs compagnons,
et leur douloureuse absence les fait pleurer.

L’eau d’Addis Abeba,
Onde puissante du fleuve, coule et pénètre mon corps
Je n’en mourrais pas, je serais juste un peu sonné.
O dame de la ville, sèche mon corps avec ton voile.

Je galope vers Salaalé
Et cette route me conduira bientôt à Jimma
Même si vous et nous ne venons pas de la même région,
Nos entrailles pleurent néanmoins ensemble.

L’Aigle noir au toupet blanc du Wèllèga
Comment pourrais-je te manquer,
puisque cette région est ton territoire ?
On peut te vénérer pour ta beauté,
Mais jamais je ne deviendrai ton esclave.

L’Aigle de Diré-Dawa,
“Mangez la viande, ne vous contentez pas des os”, dit-il.
La ville de Diré Dawa,
“Venez à moi, n’allez pas dans d’autres villes”, dit-elle.

Sur le chemin qui m’éloigne d’Addis Abeba la Splendide,
J’ai vu les selles de nos cavaliers
accrochées dans les huttes.
Sur le chemin qui me mène près de toi,
Je ne réveillerai pas les enfants
qui dorment à tes côtés,
Ils ne s’apercevront de rien
Alors, libère ta chevelure et embrasse-moi.

Traduction française: Thomas Osmond English translation: Karen Louise Albrecht

———————————————————————————————————————-


Oud & accordéon (circa late 60’s). De gauche à droite / From left to right : Ali Birra, Mohammed Yussuf Adam, Suleyman Yussuf Ibrahim. With permission of Mr Francis Falceto for éthiopiques series.
Read more stories on Ali Birra by Andreas Hansen on Addis Rumble blog
A man returns: an audience with Oromo legend Ali Birra

publication: A Nyangatom Diary – Le Journal de Loceria, by Serge Tornay, 2012


Loceria and his family. In the foreground are large clay cooking pots. These pots are made by the coil method from Omo clay, and are fired in open pits. These are identical to pots the Mursi make, known as ju in Mursi language. The large gourd cups in the foreground are for drinking and eating. copyright Serge Tornay, 1975.

 

During the dry part of the year, when the water table drops, the Nyangatom, Mursi and other tribes of the area dig deep holes in river beds to water their cattle and to get drinking water. This picture is from 1972. copyright Serge Tornay.

Le Journal de Loceria – Chronique d’Éthiopie (1970-2000)

par Serge Tornay, Editions Sépia, 2012
préface de Christian Bader, Ambassadeur de France au Soudan du Sud.
284 pages, hors-texte 32 pages (avec une soixantaine de photos) – ISBN : 978-2-84280-210-3
Prix : 32 € Prix de lancement : 22 € (jusqu’au 28 février 2013)

Présentation par l’auteur: En 1970, j’ai noué un contact très prometteur avec Loceria Lopir, rencontré à Nakua dès mon premier séjour ethnographique dans la basse vallée de l’Omo. L’ami est devenu écrivain, auteur de ce Journal tenu entre 1972 et 1976, et il est demeuré, après sa disparition, l’inspirateur de chaque page de ce livre. Après une introduction sur l’écologie culturelle, l’espace, le temps et les catégories sociales telles qu’elles étaient vécues par les Nyangatom, la chronique tenue de façon autonome par Loceria, pendant ces cinq années de sécheresse et de conflits, a été traduite, au plus près du vocabulaire et du phrasé originaux, avec les commentaires du scripteur, comme il signe certaines de ses entrées, et de ses amis, enregistrés à la relecture des manuscrits, et l’adjonction de notes qui aideront le lecteur à tirer le meilleur de ce document exceptionnel.
Contrairement à de nombreux peuples africains, les Nyangatom n’ont pas de littérature à proprement parler, ni donc de genres littéraires. C’est pourquoi le Journal de Loceria est unique et pourrait ne pas avoir de successeur en langue nyangatom, langue jusqu’ici non écrite d’une minorité nilotique vivant aux confins de l’Éthiopie, du Kenya et du Sud-Soudan, minorité qui comptait, au cours des années 1970, cinq à six milles locuteurs – et aujourd’hui, selon d’aléatoires estimations, le double peut-être. Mais les membres des nouvelles générations qui « s’émancipent » adoptent l’amharinya, et plus rarement l’anglais.
Le Journal est suivi d’un Épilogue, intitulé La disparition de Loceria, le destin de sa famille et le devenir de ses proches. J’étais sans nouvelle de Loceria depuis 1976 ; mes correspondants m’ont entretenu dans le doute pendant une décennie. Ce n’est qu’en 1986 que j’ai dû me rendre à l’évidence: Loceria avait disparu, probablement en 1978, dès le début de son engagement dans l’armée éthiopienne pour la guerre d’Érythrée. Mes espoirs d’approfondir avec lui l’étude de son manuscrit de 314 feuillets étaient perdus. Mais j’ai poursuivi le travail avec les survivants de sa famille et de nos amis communs jusqu’en l’an 2000.
Une annexe sur l’Anthropophagie et la Nécrophagie apporte au lecteur quelques lumières sur des récits du Journal parfois énigmatiques. Le livre se clôt sur deux index. Le premier, qui vient à l’appui de quatre cartes régionales, est consacré à l’espace du Journal. Loceria sillonne inlassablement, à pied, une étendue dont le centre est la région de Nakua, le coeur pastoral de la société. Loceria connaît, le plus souvent pour y être allé lui-même, la périphérie de cette aire de référence puisqu’il cite des lieux et des localités dans un rayon d’environ cent kilomètres autour de Nakua. De sorte que l’espace du Journal couvre, entre Jinka et Lokitaung, entre les pays hamar, karo, mursi et toposa, surma, turkana et daasanetch, plus de 30 000 km2. Loceria cite non moins de cent-trente toponymes, dont une bonne part relève du bagage commun des Nyangatom. Le second index concerne le monde végétal : à la douzaine de plantes cultivées s’ajoutent plus de cent plantes, arbustes et arbres sauvages. C’est une autre révélation du Journal : en nommant ces plantes et leur usage quotidien, Loceria nous fait découvrir comment, dans cette économie agro-pastorale, la cueillette est un moyen de survie.
Loceria nous invite à un fabuleux voyage à la découverte d’une civilisation qu’il a vu menacée de disparaître en même temps que lui-même. Suivons-le dans sa chronique ; c’est la meilleure façon de lui offrir, au-delà de sa fulgurante existence, la preuve d’un attachement partagé à sa personne et à son Afrique.

Le Journal de Loceria nous invite à un voyage déconcertant à la découverte d’une civilisation qu’il a vue menacée de disparaître en même temps que lui-même.

télécharger le bon de commande du JOURNAL DE LOCERIA

(au prix de lancement de 22 euros jusqu’au 28/02/2013)

Lien vers les Editions Sépia

publication: Annales d’Éthiopie, vol. 27, 2012

Annales d’Éthiopie

vol. 27, année 2012

De Boccard / Centre Français des Études Éthiopiennes

Les Annales d’Éthiopie sont une revue annuelle publiée par le Centre Français des
Études Éthiopiennes et l’Authority for Research and Conservation of the Cultural
Heritage, avec le soutien du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes
(France) et le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Tous les
manuscrits inédits en français ou en anglais doivent porter sur l’Éthiopie et la Corne
de l’Afrique dans des domaines tels que l’histoire, les sciences sociales, l’archéologie,
la paléontologie ou les sciences naturelles. Les articles sont soumis à l’avis de
rapporteurs extérieurs.
infos sur la revue: www.cfee.cnrs.fr

commande des derniers numéros et des volumes hors-série aux éditions De Boccard

 

I. Dossier – L’Occident, la croisade et l’Éthiopie

  • Robin Seignobos et Benjamin Weber : «L’Occident, la croisade et l’Éthiopie
  • Emmanuelle Vagnon: «Comment localiser l’Éthiopie ? La confrontation des sources antiques et des témoignages modernes au XVe siècle
  • Robin Seignobos : «L’autre Éthiopie: la Nubie et la croisade (XIIe-XIVe siècle)”
  • Camille Rouxpetel: «Indiens, Éthiopiens et Nubiens” dans les récits de pèlerinage occidentaux : entre altérité constatée et altérité construite (XIIe-XIVe siècles)”.
  • Patrick Gautier Dalché: «L’Éthiopie selon Grifon de Flandres, Martino de Segono et Pietro Ranzano”
  • Benjamin Weber: «Vrais et faux Éthiopiens au XVe siècle en Occident ? Du bon usage des connexions”
  • Marie-Laure Derat: «Roi prêtre et Prêtre Jean : analyse de la Vie d’un souverain éthiopien du XIIe siècle, Yemrehanna Krestos

II. Dossier – Vers une nouvelle Éthiopie urbaine ? Politiques et pratiques des villes

  • Pauline Bosredon & Perrine Duroyaume : «Vers une nouvelle Éthiopie urbaine ? Politiques et pratiques des villes. Introduction à un projet collectif de jeunes chercheurs»
  • Pauline Bosredon, Marie Bridonneau, Perrine Duroyaume : «Vers une nouvelle ville éthiopienne ? Essai d’analyse d’une fabrique radicale de la ville éthiopienne»
  • Delphine Ayerbe, Stéphanie Guitton, Adeline Pierrat : «Clean and green Addis Ababa, enjeux et pratiques environnementales du nouveau millénaire à Addis Abeba»
  • Clélie Nallet : «Trajectoires d’émergence : « classes moyennes » d’Addis Abeba entre prospérité et précarité»
  • Émeline Charpentier : «Les Congolais et Burundais réfugiés à Addis Abeba : des habitants presque comme les autres»
  • Sophie Didier : «Quelques réflexions sur la première promotion de masters en urbanisme de l’Université d’Addis Abeba (rencontres d’Akaki, mars 2010)»

Varia / Miscellaneous

  • Sabine Planel : «Du bon usage de l’engrais en politique. Introduction à la modernisation agricole en Éthiopie»
  • Christian Bader : «Identité et dispersion chez les Jiye du Sud Soudan»

Short versions

  • Emmanuelle Vagnon : «How to locate Æthiopia? The opposition between antique sources and modern narratives during the 15th c»
  • Robin Seignobos : «The other Ethiopia: Nubia and the crusade (12th-14th century)»
  • Camille Rouxpetel : «”Indians, Ethiopians and Nubians” in western pilgrimage narratives: mere observation or construction of otherness?»
  • Patrick Gautier Dalché : «Ethiopia according to Grifon of Flanders, Martino de Segono and Pietro Ranzano»
  • Benjamin Weber : «True and false Ethiopians in the West in the 15th century: uses and abuses of connections»
  • Marie-Laure Derat : «King and priest and Prester John: analysis of the Life of a 12th century Ethiopian king, Yemrehanna Krestos»
  • Pauline Bosredon, Marie Bridonneau, Perrine Duroyaume : «On the way to a new urban Ethiopia? Analysis of a radical construction of Ethiopian cities»
  • Delphine Ayerbe, Stéphanie Guitton, Adeline Pierrat : «”Clean and green Addis Ababa”. A new environmental policy for Addis Ababa»
  • Clélie Nallet : «Ways of emergence: “middle class” in Addis Ababa between prosperity and precariousness»
  • Émeline Charpentier : «Congolese and Burundians refugees in Addis Ababa: inhabitants almost like anyone else»

publication: Un Train en Afrique. African Train. Djibouti-Ethiopie, par Hugues Fontaine, 2012

Un Train en Afrique. African Train. Djibouti-Ethiopie

Photographies et textes par Hugues Fontaine. Traduction anglaise par Yves-Marie Stranger.
Addis Abeba, Centre français des études éthiopiennes – Shama Books.
312 pages. Ouvrage bilingue français-anglais.
en vente 39,9 euros sur amazon

African Train - Un Train en AfriqueEn 1893, l’empereur d’Éthiopie, Ménélik II, décide de relier son royaume à la mer et confie à son conseiller, l’ingénieur suisse Alfred Ilg, le soin de construire un chemin de fer qui reliera Djibouti à sa capitale. C’est le début d’une aventure qui verra naître l’un des premiers trains en Afrique. Trente six ans plus tard, Le Négus, qui sera couronné quelques mois plus tard comme Roi des rois sous le nom de Haïlé Sélassié Ier, inaugure la gare terminus d’Addis Abeba. Ce livre retrace, à travers une iconographie inédite, les trente premières années de cette aventure industrielle unique dans la Corne de l’Afrique. Elle rassemblera marchands et aventuriers grecs, arméniens, français, italiens, terrassiers et ouvriers du Yémen, de l’Abyssinie, de la Côte française des Somalis… qui tous utiliseront le français comme langue professionnelle. L’ouvrage est aussi un hommage aux derniers cheminots de ce train moribond. L’auteur les a photographiés à Diré-Daoua, ville née du train, mais aussi à Djibouti et Addis Abeba. Des photographies de Matthieu Germain Lambert et de Pierre Javelot complètent ce regard contemporain. Bilingue français / anglais. 480 photographies, 100 cartes postales anciennes et documents. Une iconographie inédite.

Plus d’informations sur le projet et ses suites, des photographies inédites sur le blog Un Train en Afrique

publication: Le Roi des rois et la photographie, par Estelle Sohier, 2012

Le Roi des rois et la photographie. Politique de l’image et pouvoir royal en Éthiopie sous le règne de Ménélik II

Par Estelle Sohier, Paris, Publications de la Sorbonne, décembre 2012, 376 pages, ill. en coul.

 

Présentation: La cour de Ménélik II (r. 1889-1913) est un véritable « laboratoire iconographique ». Le roi des rois est le premier à recourir de façon méthodique à la photographie, importée sur les hauts plateaux de l’Éthiopie par des missionnaires, des commerçants et autres voyageurs. Nombre de portraits parvenus jusqu’à nous en témoignent : les dignitaires éthiopiens y posent en arborant les insignes royaux ou des armes, autant d’attributs laissant à penser que ces images ont été élaborées avec soin. L’auteur s’interroge sur les enjeux auxquels répondait la fabrication de ces images, mais aussi sur leurs significations et leurs usages. Quel éclairage apportent ces documents à l’histoire de l’Ethiopie contemporaine et de ses relations avec le monde extérieur ?

L’auteur: Estelle Sohier est docteur en histoire, chercheuse associée au Centre d’études des mondes africains (CNRS) et maître assistante au département de géographie de l’université de Genève. Cet ouvrage est issu de sa thèse de doctorat, menée sous la direction des professeurs Bertrand Hirsch et Alessandro Triulzi, à l’université Paris-I (Panthéon-Sorbonne) et l’université « L’Orientale » de Naples.

Ouvrage publié avec l’aide du Centre français des études éthiopiennes, du Centre d’études des mondes africains et avec le concours du Conseil scientifique de l’université Paris-I (Panthéon-Sorbonne).

+ d’infos – bon de commande – introduction (17 p.) – table des matières