mise en ligne du Courrier d’Éthiopie – journal hebdomadaire éthiopien de langue française – années 1926 à 1936

GALLICA, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, a mis en ligne le Courrier d’Éthiopie, hebdomadaire de langue française publié en Éthiopie de 1913 à 1936. La collection proposée commence par un exemplaire unique pour l’année 1926 et se poursuit jusqu’à avril 1936, à la veille de la prise d’Addis Abeba par l’armée fasciste italienne. L’ensemble est riche de 415 volumes. Les lacunes sont cependant nombreuses. Ainsi aucun volume n’est proposé pour les années 1930 et 1933. Les dernières années sont les plus complètes.

Liste des exemplaires disponibles par année:1926: 1 ex; 1927: 50 ex.; 1928: 48 ex.; 1929: 50 ex.; 1930: 0 ex.; 1931: 25 ex.; 1932: 34 ex.; 1933: 0; 1934: 78 ex.; 1935: 99 ex.; 1936: 30 ex.

Références sur l’histoire de ce périodique:
Alain ROUAUD, 1994, “Un journal éthiopien en langue française: Le Courrier d’Éthiopie, 1913-1936”, in Proceedings of the 11th International Conference of Ethiopian Studies (ed. by Bahru Zewde, Richard Pankhurst, Taddese Beyene), Addis Ababa, Institute of Ethiopian Studies, vol. 1, pp. 711-724.
Alain ROUAUD, 2003, “Le Courrier d’Éthiopie”, in Encyclopaedia Aethiopica, vol. 1, pp. 810-811.

Consulter Le Courrier d’Éthiopie sur Gallica

C’est une mine d’information sur la construction de l’Éthiopie contemporaine qui est offerte au feuilletage et à la recherche. D’un numéro à l’autre de cet hebdomadaire (tiré le vendredi) qui deviendra bihebdomadaire (mardi et vendredi) à partir de 1932, donne à lire l’histoire internationale et la chronique locale, à différentes échelles, à différents rythmes.

On voit monter l’inquiétude sur les conséquences de la crise économique, la menace des dictatures fascistes et l’impuissance de la communauté internationale assemblée à Genève à la Société des nations face aux arguties mussoliniennes qui mèneront à l’invasion de l’Éthiopie, prélude à la seconde guerre mondiale. Des chroniques culturelles sont alimentées par des auteurs occasionnels, expatriés de passage ou résidents permanents, qui partagent leurs centres d’intérêts: la chasse, l’archéologie, le théâtre, les sports, la littérature. Les colonnes fourmillent de brèves informations, très précieuses pour l’historien, qui rendent compte des arrivées et départs de diplomates ou de membres éminents de la communauté des entrepreneurs étrangers. On y apprend les nominations ou remplacement de dignitaires. Les rubriques de nécrologie, carnet des naissances, annonces d’événements divers dessinent par touche la vie d’une communauté cosmopolite fondée sur les transits de la liaison ferroviaire de Djibouti à Addis Abeba.

C’est aussi une source importante pour l’histoire économique par les tableaux d’évolution des cours sur les différents marchés des matières premières exportées et produits de consommation courante importées. Les pages publicitaires, copieusement garnies, sont aussi des indications d’une prospérité autant vécue que fantasmée.

Votre journal préféré

Le Courrier d’Ethiopie

____

BI-HEBDOMADAIRE

____

vous tient au courant de tout

publication: A Nyangatom Diary – Le Journal de Loceria, by Serge Tornay, 2012


Loceria and his family. In the foreground are large clay cooking pots. These pots are made by the coil method from Omo clay, and are fired in open pits. These are identical to pots the Mursi make, known as ju in Mursi language. The large gourd cups in the foreground are for drinking and eating. copyright Serge Tornay, 1975.

 

During the dry part of the year, when the water table drops, the Nyangatom, Mursi and other tribes of the area dig deep holes in river beds to water their cattle and to get drinking water. This picture is from 1972. copyright Serge Tornay.

Le Journal de Loceria – Chronique d’Éthiopie (1970-2000)

par Serge Tornay, Editions Sépia, 2012
préface de Christian Bader, Ambassadeur de France au Soudan du Sud.
284 pages, hors-texte 32 pages (avec une soixantaine de photos) – ISBN : 978-2-84280-210-3
Prix : 32 € Prix de lancement : 22 € (jusqu’au 28 février 2013)

Présentation par l’auteur: En 1970, j’ai noué un contact très prometteur avec Loceria Lopir, rencontré à Nakua dès mon premier séjour ethnographique dans la basse vallée de l’Omo. L’ami est devenu écrivain, auteur de ce Journal tenu entre 1972 et 1976, et il est demeuré, après sa disparition, l’inspirateur de chaque page de ce livre. Après une introduction sur l’écologie culturelle, l’espace, le temps et les catégories sociales telles qu’elles étaient vécues par les Nyangatom, la chronique tenue de façon autonome par Loceria, pendant ces cinq années de sécheresse et de conflits, a été traduite, au plus près du vocabulaire et du phrasé originaux, avec les commentaires du scripteur, comme il signe certaines de ses entrées, et de ses amis, enregistrés à la relecture des manuscrits, et l’adjonction de notes qui aideront le lecteur à tirer le meilleur de ce document exceptionnel.
Contrairement à de nombreux peuples africains, les Nyangatom n’ont pas de littérature à proprement parler, ni donc de genres littéraires. C’est pourquoi le Journal de Loceria est unique et pourrait ne pas avoir de successeur en langue nyangatom, langue jusqu’ici non écrite d’une minorité nilotique vivant aux confins de l’Éthiopie, du Kenya et du Sud-Soudan, minorité qui comptait, au cours des années 1970, cinq à six milles locuteurs – et aujourd’hui, selon d’aléatoires estimations, le double peut-être. Mais les membres des nouvelles générations qui « s’émancipent » adoptent l’amharinya, et plus rarement l’anglais.
Le Journal est suivi d’un Épilogue, intitulé La disparition de Loceria, le destin de sa famille et le devenir de ses proches. J’étais sans nouvelle de Loceria depuis 1976 ; mes correspondants m’ont entretenu dans le doute pendant une décennie. Ce n’est qu’en 1986 que j’ai dû me rendre à l’évidence: Loceria avait disparu, probablement en 1978, dès le début de son engagement dans l’armée éthiopienne pour la guerre d’Érythrée. Mes espoirs d’approfondir avec lui l’étude de son manuscrit de 314 feuillets étaient perdus. Mais j’ai poursuivi le travail avec les survivants de sa famille et de nos amis communs jusqu’en l’an 2000.
Une annexe sur l’Anthropophagie et la Nécrophagie apporte au lecteur quelques lumières sur des récits du Journal parfois énigmatiques. Le livre se clôt sur deux index. Le premier, qui vient à l’appui de quatre cartes régionales, est consacré à l’espace du Journal. Loceria sillonne inlassablement, à pied, une étendue dont le centre est la région de Nakua, le coeur pastoral de la société. Loceria connaît, le plus souvent pour y être allé lui-même, la périphérie de cette aire de référence puisqu’il cite des lieux et des localités dans un rayon d’environ cent kilomètres autour de Nakua. De sorte que l’espace du Journal couvre, entre Jinka et Lokitaung, entre les pays hamar, karo, mursi et toposa, surma, turkana et daasanetch, plus de 30 000 km2. Loceria cite non moins de cent-trente toponymes, dont une bonne part relève du bagage commun des Nyangatom. Le second index concerne le monde végétal : à la douzaine de plantes cultivées s’ajoutent plus de cent plantes, arbustes et arbres sauvages. C’est une autre révélation du Journal : en nommant ces plantes et leur usage quotidien, Loceria nous fait découvrir comment, dans cette économie agro-pastorale, la cueillette est un moyen de survie.
Loceria nous invite à un fabuleux voyage à la découverte d’une civilisation qu’il a vu menacée de disparaître en même temps que lui-même. Suivons-le dans sa chronique ; c’est la meilleure façon de lui offrir, au-delà de sa fulgurante existence, la preuve d’un attachement partagé à sa personne et à son Afrique.

Le Journal de Loceria nous invite à un voyage déconcertant à la découverte d’une civilisation qu’il a vue menacée de disparaître en même temps que lui-même.

télécharger le bon de commande du JOURNAL DE LOCERIA

(au prix de lancement de 22 euros jusqu’au 28/02/2013)

Lien vers les Editions Sépia

mise en ligne de traités magico-religieux éthiopiens

La plateforme Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France propose plusieurs manuscrits éthiopiens numérisés. Depuis octobre 2012 quatre textes magico-religieux manuscrits sont consultables et téléchargeables.

En voici la liste et les descriptions, telles qu’elles sont données par les notices détaillées. Chaque document peut être feuilleté en sélectionnant les flèches avant ou arrière.

ms. Ethiopien 402

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52500974f

ms. Ethiopien 647

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52501192p

ms. Ethiopien 648

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52500966x

ms. Ethiopien 452

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52500665b

Signalons aussi que l’ouvrage de Déborah Lifchitz, Textes éthiopiens magico-religieux, Institut d’Ethnologie, 1940, est aussi disponible sur cette même plateforme. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k26162n

Notice du ms. Ethiopien 402

Titre : Malke’a šeʿel, Maṣḥafa faws, Prières magiques, Haṣura masqal, Salām à Phanüel, Ḥasāba ḥemum, Chronologie des rois d’Ethiopie, Malke’ de Phanüel

Date d’édition : 1801-1900

Type : manuscrit

Langue : amh

Format : Parchemin. – 47 feuillets + une feuille de garde initiale et quatre feuille de garde finales. – . Ff 1-7 : 105×148 mm, deux colonnes, 14 lignes; ff. 8-47 : 100×150 mm, sans colonnes; ff. 8-17 : 23 à 27 lignes; ff. 18-23 : 16 lignes; feuillets 24-30 : 23 à 27 lignes; feuillets 31-41 : 22 lignes; feuillets 42-47 : 23 lignes. – Plats en bois; dos recouverts de cuir

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/btv1b52500974f

Source : Département des Manuscrits, Ethiopien 402

Description : 1. Malke’a šeʿel en l’honneur de l’image de la vierge. 2. Livre de médecine, Maṣḥafa faws. Recueil de recettes et de prières magiques, les premières en amharique , les seconde en guèze. Le livre est attribué au prophète Jérémie. Remède contre le mal de tête;Remède contre la maladie des yeux;Remède contre le goître;Remède contre la toux;Remède contre la maladie qui fait tomber les cheveux par endroits;Remède contre le mal aux reins;Remède contre les démons;Remède contre la maladie meč;Remède pour l’homme dont la fortune a été dissipée;Remède contre les sorcier;Remède contre la syphilis;… 3. Recueil de prières magiques. 4. Prière magique contre les démons, appelée masṭema gānem, “engloutisseur des démons”, pour tous les jours de la semaine. 5. Prière dite “rempart de la croix”. Editée dans D. Lifchitz, Textes éthiopiens, pp 87-183. 6. Salām à Phanüel. 7. Prière contre l’hémorragie, accompagnée d’un tableau magique et suivie du récit de la guérison de la femme malade. 8. Traité de divination dit “comput du malade”. 9. Chronologie des rois d’Ethiopie depuis Yekuno Amlāk jusqu’à Ménélik II. 10. Trois prières magiques. 11. Malke’ de Phanüel.

Notice du ms. Ethiopien 647

Titre : Prières et recettes magiques – Divination

Date d’édition : 1801-1900

Type : manuscrit

Format : Parchemin. – 62 feuillets. – F. 1 x 11 : 90 x 127 mm ; f. 12-21 : 87 x 130 mm ; f. 22-35 : 93 x 135 mm ; f. 36-49 : 85 à 92 x 112 à 117 mm ; f. 50-58 : 90 x 108 à 125 mm ; f. 59-62 : 95 x 130 mm. – Plats de bois, dos en cuir

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/btv1b52501192p

Source : Département des Manuscrits, Ethiopien 647

Provenance : bnf.fr

Description : 1. (f. 1r) Mafteḥe šerāy 2. (f. 22r) Petites prières et formules magiques 3. (f. 36r) Prières et recettes magiques 4. (f. 42v) Comput des toiles, ḥasāba kawākebt 5. (f. 50r) Prières magiques avec (f. 51v) un tableau magique 6. (f. 52r) Recette pour protéger la tête 7. (f. 52r) Comput du voyage, ḥasāba fenot 8. (f. 53v) Prière magique pour rendre impuissant 9. (f. 54r) Comput d’Aristote 10 (f. 55r) Comput de la victoire 11. (f. 57v) Prière pour semer la discorde entre deux personnes 12. (f. 58r) Prières magiques 13. (f. 62r) Recettes

Notice du ms. Ethiopien 648

Titre : Mélanges

Date d’édition : 1901-2000

Type : manuscrit

Langue : Persan

Format : Parchemin. – 90×120 mm. – 47 feuillets + une feuille de garde et deux feuilles de garde finale. – Manuscrit de six mains différentes. – Plat de bois, dos en cuir

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/btv1b52500966x

Source : Département des Manuscrits, Ethiopien 648

Provenance : bnf.fr

Description : 1. ʿEṣa dabdābê, recettes magiques. 2. Ṣalota ʿeṭjān, prières de l’encens. 3. Fragments d’un sawāsew. 4. Hymne ṭabiba ṭabibn. 5. Prière magique pour éliminer les charmes, mafteḥê šerāy. 6. Prière contre le budā. 7. Prière contre la colique. 8. Prières et recettes contre le budā, le forgeron et l’eǧa sabe’.

Notice du ms. Ethiopien 451

Amulette
Amulette
Source: gallica.bnf.fr
Titre : Amulette

Type : manuscrit

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/btv1b520010060

Source : Département des Manuscrits, Ethiopien 451

Description : Amulette confectionnée de deux découpages en parchemin, en forme de croix. Les carnets de la Mission Dakar-Djibouti indiquent que les manuscrits Ethiopien 451 et Ethiopien 452 ont été acquis ensemble et forment une seule amulette. Voici la façon de l’utiliser, d’après les carnets : “Quand on lit sur le rouleau le texte écrit en rouge, il faut regarder le groupe de cinq images en couleur rouge ; quand on lit le texte écrit en noir, il faut regarder le groupe de cinq images où la couleur noire est la plus apparente”.

 

Notice du ms. Ethiopien 452

Titre : Prières et recettes magiques. Syllabaire

Date d’édition : 1901-1933

Type : manuscrit

Format : Parchemin. 165 x 490 mm. Rouleau

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/btv1b52500665b

Source : Département des Manuscrits, Ethiopien 452

Provenance : bnf.fr

Description : Cote d’acquisition : 224 a

Description : 1. Recette et prière magique pour chasser les démons. 2. Prière et recette magique pour chasser les diables. 3. Syllabaire éthiopien (incomplet), accompagné de notes en amharique. A signaler : a) un dessin magique. b) la première partie du texte est écrite en rouge, la deuxième en noir. Les carnets de la Mission Dakar-Djibouti indiquent que les manuscrits Ethiopien 451 et Ethiopien 452 ont été acquis ensemble et forment une seule amulette. Voici la façon de l’utiliser, d’après les carnets : “Quand on lit sur le rouleau le texte écrit en rouge, il faut regarder le groupe de cinq images en couleur rouge ; quand on lit le texte écrit en noir, il faut regarder le groupe de cinq images où la couleur noire est la plus apparente”.


publication: Un Train en Afrique. African Train. Djibouti-Ethiopie, par Hugues Fontaine, 2012

Un Train en Afrique. African Train. Djibouti-Ethiopie

Photographies et textes par Hugues Fontaine. Traduction anglaise par Yves-Marie Stranger.
Addis Abeba, Centre français des études éthiopiennes – Shama Books.
312 pages. Ouvrage bilingue français-anglais.
en vente 39,9 euros sur amazon

African Train - Un Train en AfriqueEn 1893, l’empereur d’Éthiopie, Ménélik II, décide de relier son royaume à la mer et confie à son conseiller, l’ingénieur suisse Alfred Ilg, le soin de construire un chemin de fer qui reliera Djibouti à sa capitale. C’est le début d’une aventure qui verra naître l’un des premiers trains en Afrique. Trente six ans plus tard, Le Négus, qui sera couronné quelques mois plus tard comme Roi des rois sous le nom de Haïlé Sélassié Ier, inaugure la gare terminus d’Addis Abeba. Ce livre retrace, à travers une iconographie inédite, les trente premières années de cette aventure industrielle unique dans la Corne de l’Afrique. Elle rassemblera marchands et aventuriers grecs, arméniens, français, italiens, terrassiers et ouvriers du Yémen, de l’Abyssinie, de la Côte française des Somalis… qui tous utiliseront le français comme langue professionnelle. L’ouvrage est aussi un hommage aux derniers cheminots de ce train moribond. L’auteur les a photographiés à Diré-Daoua, ville née du train, mais aussi à Djibouti et Addis Abeba. Des photographies de Matthieu Germain Lambert et de Pierre Javelot complètent ce regard contemporain. Bilingue français / anglais. 480 photographies, 100 cartes postales anciennes et documents. Une iconographie inédite.

Plus d’informations sur le projet et ses suites, des photographies inédites sur le blog Un Train en Afrique

séminaire “Matérialité de l’Etat éthiopien contemporain” – programme 2013

Matérialité de l’État éthiopien contemporain

Hommes, réformes et pouvoirs

 

Séminaire coordonné par Eloi Ficquet (EHESS-CEIFR) et Sabine Planel (IRD-PRODIG)

4e jeudi de chaque mois, de 15h à 17h, à l’EHESS, 105 bld Raspail, salle3

 

Programme de janvier à mai 2013

 

24 janvier 2013 

Sabine PLANEL

L’Etat éthiopien par le bas : systèmes et pratiques de l’administration locale en milieu rural.

 

28 février 2013

Eloi FICQUET et René LEFORT

L’Etat éthiopien par le haut : composition, fonctionnement  et réformes du parti d’Etat et de la haute administration.

 

28 mars 2013

Eloi FICQUET

L’Université éthiopienne à l’épreuve de la décentralisation et de la restructuration managériale.

 

11 avril 2013 (séance exceptionnelle) :

ZEWDINEH HAILE (Professeur invité à l’EHESS)

Les mots du droit : une histoire de la formation des catégories juridiques éthiopiennes.

 

25 avril 2013

ZEWDINEH HAILE

Les réformes du système judiciaire et leur mise en œuvre dans les cours de justice.

 

23 mai 2013

Sabine PLANEL et Eloi FICQUET

L’Etat et le contrôle du sol : les législations foncières et leurs évolutions récentes.