publication: Un Train en Afrique. African Train. Djibouti-Ethiopie, par Hugues Fontaine, 2012

Un Train en Afrique. African Train. Djibouti-Ethiopie

Photographies et textes par Hugues Fontaine. Traduction anglaise par Yves-Marie Stranger.
Addis Abeba, Centre français des études éthiopiennes – Shama Books.
312 pages. Ouvrage bilingue français-anglais.
en vente 39,9 euros sur amazon

African Train - Un Train en AfriqueEn 1893, l’empereur d’Éthiopie, Ménélik II, décide de relier son royaume à la mer et confie à son conseiller, l’ingénieur suisse Alfred Ilg, le soin de construire un chemin de fer qui reliera Djibouti à sa capitale. C’est le début d’une aventure qui verra naître l’un des premiers trains en Afrique. Trente six ans plus tard, Le Négus, qui sera couronné quelques mois plus tard comme Roi des rois sous le nom de Haïlé Sélassié Ier, inaugure la gare terminus d’Addis Abeba. Ce livre retrace, à travers une iconographie inédite, les trente premières années de cette aventure industrielle unique dans la Corne de l’Afrique. Elle rassemblera marchands et aventuriers grecs, arméniens, français, italiens, terrassiers et ouvriers du Yémen, de l’Abyssinie, de la Côte française des Somalis… qui tous utiliseront le français comme langue professionnelle. L’ouvrage est aussi un hommage aux derniers cheminots de ce train moribond. L’auteur les a photographiés à Diré-Daoua, ville née du train, mais aussi à Djibouti et Addis Abeba. Des photographies de Matthieu Germain Lambert et de Pierre Javelot complètent ce regard contemporain. Bilingue français / anglais. 480 photographies, 100 cartes postales anciennes et documents. Une iconographie inédite.

Plus d’informations sur le projet et ses suites, des photographies inédites sur le blog Un Train en Afrique

publication: Le Roi des rois et la photographie, par Estelle Sohier, 2012

Le Roi des rois et la photographie. Politique de l’image et pouvoir royal en Éthiopie sous le règne de Ménélik II

Par Estelle Sohier, Paris, Publications de la Sorbonne, décembre 2012, 376 pages, ill. en coul.

 

Présentation: La cour de Ménélik II (r. 1889-1913) est un véritable « laboratoire iconographique ». Le roi des rois est le premier à recourir de façon méthodique à la photographie, importée sur les hauts plateaux de l’Éthiopie par des missionnaires, des commerçants et autres voyageurs. Nombre de portraits parvenus jusqu’à nous en témoignent : les dignitaires éthiopiens y posent en arborant les insignes royaux ou des armes, autant d’attributs laissant à penser que ces images ont été élaborées avec soin. L’auteur s’interroge sur les enjeux auxquels répondait la fabrication de ces images, mais aussi sur leurs significations et leurs usages. Quel éclairage apportent ces documents à l’histoire de l’Ethiopie contemporaine et de ses relations avec le monde extérieur ?

L’auteur: Estelle Sohier est docteur en histoire, chercheuse associée au Centre d’études des mondes africains (CNRS) et maître assistante au département de géographie de l’université de Genève. Cet ouvrage est issu de sa thèse de doctorat, menée sous la direction des professeurs Bertrand Hirsch et Alessandro Triulzi, à l’université Paris-I (Panthéon-Sorbonne) et l’université « L’Orientale » de Naples.

Ouvrage publié avec l’aide du Centre français des études éthiopiennes, du Centre d’études des mondes africains et avec le concours du Conseil scientifique de l’université Paris-I (Panthéon-Sorbonne).

+ d’infos – bon de commande – introduction (17 p.) – table des matières