publication: A Nyangatom Diary – Le Journal de Loceria, by Serge Tornay, 2012


Loceria and his family. In the foreground are large clay cooking pots. These pots are made by the coil method from Omo clay, and are fired in open pits. These are identical to pots the Mursi make, known as ju in Mursi language. The large gourd cups in the foreground are for drinking and eating. copyright Serge Tornay, 1975.

 

During the dry part of the year, when the water table drops, the Nyangatom, Mursi and other tribes of the area dig deep holes in river beds to water their cattle and to get drinking water. This picture is from 1972. copyright Serge Tornay.

Le Journal de Loceria – Chronique d’Éthiopie (1970-2000)

par Serge Tornay, Editions Sépia, 2012
préface de Christian Bader, Ambassadeur de France au Soudan du Sud.
284 pages, hors-texte 32 pages (avec une soixantaine de photos) – ISBN : 978-2-84280-210-3
Prix : 32 € Prix de lancement : 22 € (jusqu’au 28 février 2013)

Présentation par l’auteur: En 1970, j’ai noué un contact très prometteur avec Loceria Lopir, rencontré à Nakua dès mon premier séjour ethnographique dans la basse vallée de l’Omo. L’ami est devenu écrivain, auteur de ce Journal tenu entre 1972 et 1976, et il est demeuré, après sa disparition, l’inspirateur de chaque page de ce livre. Après une introduction sur l’écologie culturelle, l’espace, le temps et les catégories sociales telles qu’elles étaient vécues par les Nyangatom, la chronique tenue de façon autonome par Loceria, pendant ces cinq années de sécheresse et de conflits, a été traduite, au plus près du vocabulaire et du phrasé originaux, avec les commentaires du scripteur, comme il signe certaines de ses entrées, et de ses amis, enregistrés à la relecture des manuscrits, et l’adjonction de notes qui aideront le lecteur à tirer le meilleur de ce document exceptionnel.
Contrairement à de nombreux peuples africains, les Nyangatom n’ont pas de littérature à proprement parler, ni donc de genres littéraires. C’est pourquoi le Journal de Loceria est unique et pourrait ne pas avoir de successeur en langue nyangatom, langue jusqu’ici non écrite d’une minorité nilotique vivant aux confins de l’Éthiopie, du Kenya et du Sud-Soudan, minorité qui comptait, au cours des années 1970, cinq à six milles locuteurs – et aujourd’hui, selon d’aléatoires estimations, le double peut-être. Mais les membres des nouvelles générations qui « s’émancipent » adoptent l’amharinya, et plus rarement l’anglais.
Le Journal est suivi d’un Épilogue, intitulé La disparition de Loceria, le destin de sa famille et le devenir de ses proches. J’étais sans nouvelle de Loceria depuis 1976 ; mes correspondants m’ont entretenu dans le doute pendant une décennie. Ce n’est qu’en 1986 que j’ai dû me rendre à l’évidence: Loceria avait disparu, probablement en 1978, dès le début de son engagement dans l’armée éthiopienne pour la guerre d’Érythrée. Mes espoirs d’approfondir avec lui l’étude de son manuscrit de 314 feuillets étaient perdus. Mais j’ai poursuivi le travail avec les survivants de sa famille et de nos amis communs jusqu’en l’an 2000.
Une annexe sur l’Anthropophagie et la Nécrophagie apporte au lecteur quelques lumières sur des récits du Journal parfois énigmatiques. Le livre se clôt sur deux index. Le premier, qui vient à l’appui de quatre cartes régionales, est consacré à l’espace du Journal. Loceria sillonne inlassablement, à pied, une étendue dont le centre est la région de Nakua, le coeur pastoral de la société. Loceria connaît, le plus souvent pour y être allé lui-même, la périphérie de cette aire de référence puisqu’il cite des lieux et des localités dans un rayon d’environ cent kilomètres autour de Nakua. De sorte que l’espace du Journal couvre, entre Jinka et Lokitaung, entre les pays hamar, karo, mursi et toposa, surma, turkana et daasanetch, plus de 30 000 km2. Loceria cite non moins de cent-trente toponymes, dont une bonne part relève du bagage commun des Nyangatom. Le second index concerne le monde végétal : à la douzaine de plantes cultivées s’ajoutent plus de cent plantes, arbustes et arbres sauvages. C’est une autre révélation du Journal : en nommant ces plantes et leur usage quotidien, Loceria nous fait découvrir comment, dans cette économie agro-pastorale, la cueillette est un moyen de survie.
Loceria nous invite à un fabuleux voyage à la découverte d’une civilisation qu’il a vu menacée de disparaître en même temps que lui-même. Suivons-le dans sa chronique ; c’est la meilleure façon de lui offrir, au-delà de sa fulgurante existence, la preuve d’un attachement partagé à sa personne et à son Afrique.

Le Journal de Loceria nous invite à un voyage déconcertant à la découverte d’une civilisation qu’il a vue menacée de disparaître en même temps que lui-même.

télécharger le bon de commande du JOURNAL DE LOCERIA

(au prix de lancement de 22 euros jusqu’au 28/02/2013)

Lien vers les Editions Sépia